Ce que nous cherchons et ce que nous trouvons

Nous cherchons tous. Chercher est la cause du mouvement.

Ce que nous cherchons et ce que nous trouvons

 

Et si nous essayons d’examiner le processus, la question se pose : que cherchons-nous ? Bien que nous puissions distinguer différents objets de notre recherche, tels que le bonheur, les relations de qualité, les avantages matériels, les valeurs intangibles, le contrôle sur ce qui nous arrive, etc., tout ceci est une sorte de quête de développement, de recherche d’intégrité.

Plus ou moins tout le monde recherche l’intégrité ; mais parce que nous sommes différents, chacun – sur la base de son propre état de conscience – trouve un sens à différents objectifs et aspirations qui, selon lui, lui apporteront une satisfaction ou un certain développement.

Il est évident que nous n’avons aucun moyen d’imaginer quelque chose qui nous soit complètement étranger, mais nous nous faisons notre propre idée d’une valeur et nous cherchons ensuite les moyens de la réaliser. Cela signifie toutefois que nous nous affirmons réellement – nos propres idées, nos propres critères…

Il existe aujourd’hui de nombreuses méthodes très populaires pour une sorte de matérialisation des désirs, qui utilisent certains principes physiques (PNL, méthode Silva, visualisation, etc.). Elles sont indéniables, et même Einstein a établi une formule mathématique prouvant que l’énergie est de la matière libérée. Ces méthodes nous enseignent comment diriger notre énergie mentale pour qu’à un moment donné, elle ait suffisamment de densité et puisse se manifester dans le monde des phénomènes. Avec cette soi-disant « découverte », nous créons cependant une énorme dépendance qui nous gouverne et nous limite. En clair, même le tout premier désir de quelque chose est une dépendance, et ensuite, dans le processus d’obtention de ce que nous voulons, en particulier lorsqu’il est matérialisé par nous-mêmes, nous devenons complètement fermés et soumis à cette manifestation, dont l’énergie sera déversée sur nous dans le futur (certains appellent cela le karma).

La recherche est presque toujours une forme de tension. Elle est liée à notre insatisfaction de ce qui se passe actuellement et à notre désir de le changer. Le problème de ce processus est qu’il rétrécit considérablement notre perception et, en soi, il constitue une sorte de refus d’accepter la réalité sous sa forme actuelle. Cela signifie que nous ne connaissons pas bien cette réalité. Et bien que nous voulions aller plus loin, nous ne savons pas vraiment où nous en sommes actuellement, et c’est l’une des raisons pour lesquelles nous errons parmi les propositions que d’autres prétendent pouvoir nous offrir.

Nous avons donc tendance à faire de la recherche un processus externe et à nous priver de la capacité d’auto-observation et de conscience qui est essentielle sur notre chemin.

La question « que cherchons-nous » offre des formules toutes prêtes et visibles. La question « pourquoi » suggère une recherche beaucoup plus approfondie. Et cette recherche ne concerne pas un objet particulier de notre recherche, mais la raison pour laquelle, en fait, nous cherchons.

Il semble qu’il y ait quelque chose en nous qui suggère que tout peut être très différent. Et il semble que ce soit en chacun de nous – une source primordiale de notre désir ardent de quelque chose de mieux. Cependant, au lieu de laisser évoluer cette aspiration pure, nous usurpons son élan primitif et le harnachons à nouveau dans la conditionnalité de nos idées et intentions personnelles. Pourtant, les personnes chez qui cette impulsion résonne orientent plus clairement leur recherche, leurs idées vers quelque chose d’exigeant et d’universel.

D’une part, il est clair que nos concepts d’absolu ne peuvent être l’absolu lui-même.

D’autre part, toute recherche de telles valeurs représente un égocentrisme terriblement vif et une démonstration de notre insondable avidité. Nous essayons d’obtenir cet absolu pour nous-mêmes, ce qui ne fait que prouver le caractère relatif et limité de nos idées à son sujet.

Cependant, si nous parvenons à ajouter une dimension supplémentaire à cette recherche, nous pouvons établir qu’il n’y a aucun moyen pour l’être impatient et en recherche incessante de se rapprocher de la paix profonde de la perfection.

L’universel est universel précisément parce qu’il est toujours là et qu’il est partout. Nos mains mortelles ne sont pas capables de saisir l’impérissable. Prendre conscience de notre incapacité personnelle est probablement l’étape la plus importante sur notre chemin, car lorsque nous l’acceptons, cela provoque une sorte de percée dans notre psyché fermée. En conséquence, la personne développe une ouverture à tout et on appelle cette ouverture « attention ». Grâce à cette attention, nous commençons à percevoir la présence de tout ce qui nous entoure.

Lorsque nous n’intervenons pas dans les choses avec nos exigences, il s’avère que les premières ont beaucoup à nous dire et beaucoup à nous apporter. Et ce n’est pas pour le posséder pour nous-mêmes, car tout est interaction, partage. Savoir et ne pas interférer avec ce don naturel, c’est en fait trouver. Et l’on pourrait dire qu’il s’agit d’une octave nouvelle et inconnue de la recherche, que l’on peut à juste titre appeler aussi « conscience ».

À partir de là, un processus naturel s’ensuit, que – sans altérer notre potentiel et en respectant nos limitations personnelles – nous pouvons observer et participer à son déploiement, et nous laisser trouver par une réalité supérieure.

 

Share this article

Poster une info

Date: novembre 10, 2017
Auteur: Ventsislav Vasilev (Bulgary)

Image principale: